Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 13:46

En 1960, lors de sa campagne présidentielle, le président John Fitzgerald Kennedy avait prononcé un discours durant lequel il a lancé une phrase restée célèbre, et reprise par de multiples candidats politiques à travers le monde : « Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez vous ce que vous pouvez faire pour lui ! » Il invitait ainsi ses concitoyens à ne pas attendre l'aide de l'état, à se prendre en charge et à œuvrer au développement et à la grandeur de leur pays.


Je pense que cette phrase est profondément juste, et c'est la raison pour laquelle elle est restée dans les mémoires. Chaque citoyen, de quelque pays qu'il soit, devrait la prendre à son compte s'il aime son pays. Mais j'ai envie d'aller plus loin et de la conseiller à titre individuel, à tous et particulièrement aux minorités. En ce qui les concerne, il faudrait qu'elles l'appliquent à elles-mêmes avant de penser au pays dans lequel elles vivent.


Je pense ici plus particulièrement à la minorité musulmane vivant en France, à laquelle j'appartiens. A longueur d'année, chaque fois qu'on fait parler mes coreligionnaires vivant difficilement dans des banlieues de plus en plus dures, on entend inlassablement la même complainte : « on n'est pas intégré, on souffre du chômage... » Certes, pendant longtemps, la France a préféré cantonner ces populations venues d'ailleurs le plus loin possible de ses centres villes. Certes, il était et il est encore difficile de louer un appartement dans certains quartiers lorsqu'on porte un nom arabe ou africain. Certes, il était et il est encore difficile de trouver un emploi, lorsqu'on porte ce genre de nom. Pire encore, plus cet emploi est intéressant et valorisant, plus cela est difficile. Mais difficile ne veut pas dire impossible !


Afin que cela devienne possible, il faut arrêter de se lamenter et se prendre en main, en ne comptant que sur soi-même, et sur Dieu. Il faut accepter la réalité, se dire qu'on doit en faire toujours plus que ses compatriotes autochtones (les « franco-français » comme se définissent de plus en plus certains Français, dont je ne citerai pas l'appartenance idéologique et politique) pour arriver au même résultat, puis pour les dépasser quand c'est possible.


Il faut partir du principe que c'est d'abord à nous de faire l'effort nécessaire pour nous intégrer. Il faut se dire que l'intégration est une affaire personnelle avant d'être une affaire gouvernementale. En adaptant la phrase de Kennedy : « que puis-je faire pour moi-même, pour me faire ma place dans cette société, pour me faire accepter et faire accepter ma communauté ? » En théorie, cela est moins compliqué qu'il n'y paraît.


Pour s'intégrer, il n'est pas nécessaire de prendre un prénom à consonance non-arabe, ou à renier la langue de ses parents, ses origines ou sa religion. S'intégrer ne signifie pas s'effacer, s'assimiler. Cela signifie se faire une place au sein de la société, se faire accepter et respecter, tout en restant soi-même. Mais pour être respecté, il faut commencer par se respecter soi-même et respecter cette société et toutes ses règles.


Le respect de soi commence par le travail. N'est pas digne de respect celui qui préfère vivre de l'assistanat que du fruit de ses efforts. Une telle personne est également indigne de sa religion, car l'Islam valorise l'effort et rejette la passivité. Un proverbe arabe dit : « Maudit soit celui qui tend la main ». Tendre la main signifie mendier, auprès des personnes ou de l'état. Un autre proverbe : « la nourriture est meilleure lorsqu'elle est gagnée à la sueur de son front. » Je ne dis pas que lorsqu'on vient de perdre un emploi, il vaut mieux se laisser mourir de faim que de percevoir les allocations de chômage. Mais on doit accepter cette aide au strict minimum et tout faire pour se remettre au travail, quitte à se recycler ou à partir s'installer ailleurs.

Mais pour être respecté, il faut aussi commencer par respecter les autres et les institutions. Le respect des autres passe par le savoir vivre, à commencer par les relations de bon voisinage. Rappelons que ces relations sont sacrées en Islam. Le musulman se doit de respecter et de secourir son voisin, quel qu'il soit. Un hadith dit à ce propos : « N'est pas musulman celui qui peut dormir en sachant que son voisin a faim. »Pour en revenir aux banlieues difficiles, comment voulez-vous vous intégrer quand vous avez un comportement de barbare ? Attention, je n'ai pas dit que tous ces habitants étaient des barbares, mais certains. Outre l'assistanat de certains, la délinquance d'autres, il y a surtout le manque d'éducation. Comment accepter des gens qui passent leur temps à crier et à insulter à toute heure du jour et de la nuit, empêchant les honnêtes gens, musulmans et autres, de dormir la nuit pour pouvoir aller travailler le lendemain ? Comment accepter des gens, si minoritaires soient-ils, qui semblent ne pas savoir ce qu'est la propreté.


A ce propos, j'ai envie de vous raconter une histoire très édifiante et instructive à plus d'un titre. Le Prophète Mohammed, que la paix et la bénédiction soient sur lui, avait un voisin juif. Je précise que beaucoup de Juifs vivaient dans la péninsule arabique en ce temps-là. Chaque jour ou presque, ce voisin déversait ses ordures devant la porte du Prophète, sûrement pour lui témoigner son animosité mais surtout son aversion pour son Message. Ce qui est compréhensible, puisque chaque prophète a rencontré le rejet des adeptes de la religion précédente. Un jour, le Prophète fut très surpris de ne pas trouver d'ordures devant sa porte. Il en fut de même les jours suivants, si bien qu'il finit par s'en inquiéter. Il décida de rendre visite à son voisin, pour prendre de ses nouvelles. Il apprit ainsi que ce dernier était malade et alité. Le méchant voisin demanda au Prophète la raison d'une telle visite : comment pouvait-il venir voir celui qui déversait toujours ses ordures devant sa porte ? Le Prophète lui répondit, qu'Allah, le Très-Haut, recommandait d'avoir de bonnes relations avec tous ses voisins. Le juif fut tellement surpris qu'il se convertit à l'Islam, avant de mourir. Par son comportement, la preuve de son extrême sagesse et son humanité, le Prophète amena un étranger à vouloir s'intégrer à la communauté musulmane !


Aujourd'hui, dans ces cités, les temps ont malheureusement bien changé. Ce ne sont pas les autres qui déversent des ordures devant la porte des musulmans. Ce sont certains parmi ces derniers, minoritaires mais trop nombreux, qui déversent leurs ordures au bas des immeubles, et qui s'étonnent ensuite que leurs voisins non musulmans ne les supportent pas et préfèrent partir vivre le plus loin possible ! Il en est de même pour leurs voisins bons musulmans, qui subissent le résultat de tels comportements : une plus forte discrimination. Ce qui rend plus difficile leur départ vers d'autres quartiers plus calmes.


Pour être respecté et s'intégrer, il faut aussi respecter toutes les institutions. Ce n'est pas en enfreignant les lois, en brûlant et en cassant pour exprimer sa colère, aussi légitime soit-elle, que l'on fera progresser l'intégration. Bien au contraire, cela ne fait qu'accroître le mépris, le rejet et la haine. Plus les banlieues brûlent, plus le front national monte et la haine augmente.


La première institution qu'il faut respecter est l'école. C'est à elle que nous confions très tôt nos enfants, et c'est d'abord par elle que passe l'intégration. En effet, comment s'intégrer dans une société dont on ne maîtrise ni la langue ni la culture ? Vous me direz que beaucoup de Français, plus ou moins de souche, ne maîtrisent ni l'une ni l'autre, sans qu'on remette en cause leur appartenance à la nation. Mais il n'en est pas de même pour nous. Comme je vous le disais, nous devons toujours faire plus. Ce n'est pas en braillant dans une langue inventée, faite de mélange d'arabe et de français bizarre, ce qui est une atteinte et une insulte pour ces deux langues, que vous serez intégré.


Il faut donc commencer par donner une bonne éducation à nos enfants (c'est le premier rôle de tout parent digne de ce nom), leur inculquer le goût du travail, leur donner l'envie d'apprendre, puis les suivre et les encourager au maximum dans leur scolarité. Je vous rappelle que le savoir, quel qu'il soit, est fortement valorisé par notre religion. Un hadith dit : « Allez chercher la science, même si pour cela vous devez aller jusqu'en Chine ». Je vous rappelle qu'à cette époque les Arabes voyageaient à dos de chameaux ou en bateau, alors imaginez l'effort ! Plus ils auront de diplômes, plus ils s'intégreront facilement, et plus ils gagneront d'honneur pour leur communauté. L'autre avantage des diplômes, c'est que si la France refuse encore de leur faire la place qu'ils méritent, ils ont le monde entier pour les accueillir et valoriser leurs compétences. Ainsi, beaucoup de nos diplômés ont dû s'expatrier, et s'installer entre autres au Qatar, au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni et autres pays qui ont su reconnaître leur vraie valeur. A la maison, c'est à nous de leur apprendre notre culture d'origine et notre religion, pour qu'ils ne renient rient et bénéficient d'une véritable double culture.


En résumé, il faut arrêter de se plaindre et se remettre en question. Que faisons-nous, chacun, pour nous intégrer ? Sans oublier que le comportement des plus mauvais nous nuit à tous ! Si tous les musulmans de France se contentaient simplement de mettre en pratique tous les principes de leur religion (générosité, honnêteté, respect, justice, éducation, travail...), s'ils avaient un bon comportement, leur intégration serait grandement facilitée. Comme je le disais précédemment (cf « le halal est-il un mode de vie ? »), s'ils vivaient selon les fondements de leur religion, ils seraient plus qu'intégrés, ils seraient enviés et pris en exemple. Les pays occidentaux, qui se plaignent tant du vieillissement de leurs populations, appelleraient de tous leurs vœux les musulmans de tous pays, au lieu d'en avoir une peur noire, pas bleue ! Il faut aussi dire que si tous les musulmans du monde appliquaient de tels principe nos pays d'origine seraient de véritables paradis, que personne ne souhaiterait jamais quitter !


J'espère de tout mon cœur qu'un jour les musulmans de France gagneront leur intégration et tout le respect que notre religion mérite. Il suffit pour cela que nous nous en montrions dignes , en actes plus qu'en paroles. J'espère aussi de tout mon cœur que les pays musulmans finiront par trouver la bonne voie qui fera d'eux des pays où il fera bon vivre et retourner si mon premier vœu n'est pas exaucé. Que Dieu soit avec nous tous dans ce digne combat, inch'Allah.

 

 

N. I.

Partager cet article

Repost0
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 17:19

Tout au long de ce mois sacré, nous avons traité plusieurs aspects du Ramadan, et nous aimerions évoquer, aujourd'hui, l'aumône qui couronne la fin du jeûne.

Cette aumône est obligatoire pour chaque musulman qui en a les moyens. Elle est due par tout musulman, grand ou petit, homme ou femme. Elle doit obligatoirement être faite à un musulman. En temps normal, nous pouvons faire la charité à n'importe quelle personne, quelle que soient sa religion ou ses convictions, mais cette aumône est strictement réservée aux musulmans.

 

Objectif spirituel :

 

Elle permet de purifier l'âme des actes qui auraient pu « souiller » le jeûne, tels que les commérages ou des propos obscènes qu'on aurait tenu. Le but de cet accomplissement est donc de faire en sorte que ces actes soient absous. Elle apprend également au musulman à être généreux et à s'éloigner de l'avarice, ce que le Ramadan lui-même nous enseigne.

 

Objectif social :

 

Elle aide le nécessiteux à améliorer sa situation financière le jour de l'Aïd et à célébrer joyeusement cette fête comme le reste de ses coreligionnaire, en lui permettant d'acheter ce dont il a besoin. Elle contribue ainsi à répandre la solidarité entre les membres de la communauté musulmane.

 

Sa quantité et sa nature :

 

Elle est évaluée à un Saâ , mesuré par quatre fois la contenance des deux mains pleines de la nourriture (l'équivalent de 2100g) la plus généralement répandue dans le pays où l'on vit, telle que le blé, l'orge, le riz, les dattes, le maïs, etc.

Mais aujourd'hui, en dehors des campagnes, la grande majorité des musulmans s'en acquittent en argent. C'est le cas pour ceux qui vivent en Europe et dans les autres pays occidentaux et cela pour des raisons de commodité. En l’occurrence, en France elle est fixée à 5 euros pour chaque musulmane et musulman. Dans chaque foyer, cette somme doit être multipliée par le nombre de personnes qui le composent, quel que soit leur âge.

 

Quant à la période de sa remise, il y a trois temps :

 

- Un temps large où il est possible de la remettre un jour ou deux avant l'Aïd.

 

- Un temps obligatoire préférentiel : c'est le jour même de l'Aïd, depuis l'aube jusque juste avant l'accomplissement de la prière.

 

- Un temps obligatoire indéterminé, qui s'étend de l'accomplissent de la prière jusqu'à une date non limitée, mais dans ce cas elle perd de sa valeur et devient un simple acte de charité.

 

Les personnes pouvant en être bénéficiaires :

 

Dans les pays musulmans, il vaut mieux la donner aux voisins ou aux proches pauvres de la famille, car dans ces deux cas on ne peut pas se tromper sur la situation économique des personnes concernées. Je rappelle que lorsqu'on donne aux proches de la famille, cette aumône est considérée en plus comme un moyen d'entretenir des liens familiaux*.

Par contre, en France, les personnes vivant dans la précarité perçoivent un revenu qui s'appelle le RSA (Revenu de solidarité active). Mais on trouve des personnes qui connaissent des difficultés financières encore plus importantes, sans aucune aide de l'Etat. C'est le cas par exemple des étudiants étrangers non boursiers ou encore des personnes vivant en situation irrégulière, qui n'ont pas le droit de travailler et qui se retrouvent donc sans ressources.

 

A vous de considérer la situation des personnes qui vivent près de chez vous, et de choisir de la donner à celles qui vous semblent le plus dans le besoin. Si vous ne connaissez personne dans une telle situation, vous pouvez la donner à la mosquée, dont l'imam se chargera de la redistribuer à bon escient.

 

La bonne conduite à tenir :

 

Lorsque vous voulez la donner, déplacez-vous chez la personne concernée et non le contraire. Cela pour deux raisons :

 

1- En vous déplaçant chez la personne concernée, vous gagnerez des récompenses auprès d'Allah.

 

2- Cette démarche respecte et ménage la dignité de la personne qui reçoit et témoigne de votre modestie.

 

Dernière chose, tout d'abord soyez discret* en accomplissant cette obligation, ne demandez jamais un service en contrepartie, et enfin si un jour vous avez un problème avec cette personne, ne lui rappelez jamais que vous lui avez, par le passé, donné cette aumône. Si vous faites cette erreur, votre mérite sera annulé et votre estime tombera auprès d'Allah le Très haut, Qui, rappelons-le, nous a tout donné sans aucune contrepartie.

 

 

* Voir l'article : L'aumône faite dans la discrétion.

Partager cet article

Repost0
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 19:37

Ce mois est une bonne occasion pour s'entraîner à faire le plein de bonnes actions, mais aussi à apprendre l'endurance, l'autodiscipline et la piété. J'aimerais développer ici ces trois notions.

 

L'endurance : Jeûner est certes un acte de foi, mais aussi de patience. En effet, on doit faire preuve d'endurance pour accomplir cette obligation, malgré la chaleur, le travail et les autres contraintes de la vie quotidienne. Dans ce sens, le jeûne pourrait être un tremplin pour le croyant afin d'accorder plus d'importance à la spiritualité dans sa vie. Ce qui ne peut qu'améliorer sa vie au quotidien, en lui permettant de retrouver la vraie valeur des choses , de supporter et de dépasser plus aisément les contraintes et les difficultés diverses.

 

L'autodiscipline : le jeûneur ne se prive pas uniquement de boire, de manger et d'avoir des désirs, mais il apprend à s'éloigner des mauvais comportements, comme la colère, les insultes et les disputes (verbales ou physiques). Dans un hadith, le Prophète, que le salut et la bénédiction soient sur lui, a dit : « Le jeûne est une protection (contre l'enfer). Lorsque l'un de vous jeûne, qu'il s'abstienne de se comporter avec grossièreté et de se mettre en colère, et si quelqu'un l'insulte, qu'il dise : « je jeûne, je jeûne ! », rapporté par Al Boukhari et Muslim.

 

La piété : Elle est la base même du jeûne, puisque le croyant doit bien se comporter non seulement en public, mais aussi en privé. N'importe quel jeûneur peut s'abstenir en public, mais une fois chez lui et surtout tout seul, qui l'obligerait à continuer son jeûne si ce n'est cette foi qui le pousse à suivre les préceptes de sa religion ? Un comportement irréprochable à tout point de vue est le fondement de la piété et du jeûne. Dans un hadith, il est dit : « Celui qui ne renonce pas aux mensonges, aux actes illicites qui en sont les conséquences, et à la colère, n'a aucun bénéfice à renoncer à sa nourriture et à sa boisson », rapporté par Al Boukhari.

 

Il faut cependant rappeler une chose primordiale, qui coule de sens, mais qui pourtant, bien malheureusement, est négligée par beaucoup d'entre nous. Comprendre et mettre en pratique ce que l'on vient de dire pendant le jeûne est certes louable, mais cela ne suffit pas. On ne doit pas faire ces efforts uniquement pendant le mois sacré, mais durant toute l'année. On pourrait ainsi considérer le Ramadan comme un rappel annuel à « l'ordre » et une incitation à reconsidérer son comportement vis-à-vis d'Allah et des hommes, et à le corriger. L'idéal pour le musulman serait de respecter et d'essayer, de toutes ses forces, de conserver l'esprit du Ramadan tout au long de sa vie.

Partager cet article

Repost0
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 01:45

Le Coran est la parole d'Allah qui a été révélée à Son Prophète Mohammed, que le salut et la bénédiction soient sur lui, en partie durant le mois de Ramadan. A cette occasion, il est bon de rappeler aux croyants ses mérites, surtout au cours de la dernière décade de ce mois, dont fait partie la nuit sacrée, durant laquelle a eu lieu cette révélation. Le Prophète, que le salut et la bénédiction soient sur lui, a dit : « Les nobles de ma nation sont les adeptes du Coran et ceux qui s’éveillent la nuit pour faire des prières surérogatoires », rapporté par attabarani et Al Baïhaki.

Dans un autre hadith, il est dit : « Réjouissez-vous, car une extrémité du Coran est tenue par Allah et vous tenez l'autre ; attachez-vous bien à ce Coran et vous ne serez jamais ruinés ni égarés après cela », rapporté par Attabarani.

 

Par ailleurs, la récitation du Coran est bien récompensée. Dans un hadith, le Prophète, que le salut et la bénédiction soient sur lui, a dit : « Quiconque récite une lettre du livre d'Allah, une bonne action passera à son actif et la bonne action est décuplée. Je ne dis pas que Alef (a), lam (l), mime (m) forment une lettre, mais a est une lettre, l est une lettre et m, aussi, une lettre », rapporté par Attirmidi.

 

Le Coran donne un haut rang auprès d'Allah à celui qui le récite. Dans un hadith, il est dit : « Allah le Très Haut a les Siens parmi les gens. Ceux qui récitent et apprennent le Coran sont les Siens et Ses favoris », rapporté par Ahmed, Annissaï et Ibn Maja.

Dans un autre hadith, il est dit : « Le Seigneur Très Haut dit : « Celui qui se préoccupe du Coran à tel point qu'il ne trouve plus le temps de Me demander quoi que ce soit, je lui accorderai la meilleure chose parmi celles que Je donne à ceux qui Me sollicitent. La supériorité de la parole d'Allah sur les autres paroles équivaut à la supériorité d'Allah sur Ses créatures », rapporté par Attirmidi.

 

En ce qui concerne l'honneur et la récompense accordés à celui qui parvient à réciter le Coran dans son intégralité, il est dit dans un hadith : « Lorsque le serviteur achève la récitation du Coran, soixante milles anges prient pour lui », rapporté par Addaïlami.

 

Quant à la situation future de celui qui récite le Coran, le Prophète, que le salut et la bénédiction soient sur lui, a dit : « On dira à l'adepte du Coran, quand il sera au paradis : « Récite et monte » ; il montera d'un degré en échange de chaque verset jusqu'à ce qu'il récite tout ce qu'il a appris », rapporté par Ahmed et Ibn Maja.

Partager cet article

Repost0
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 23:06

En ce mois sacré de Ramadan, il est fortement recommandé, plus que jamais, de soulager les nécessiteux en leur faisant l'aumône. Mais il faut aussi rappeler que celle-ci doit toujours être faite dans la plus grande discrétion, et cela pour leur venir en aide sans les humilier. Le but étant également de ne tirer aucune vanité de cet acte. En effet, il ne faut jamais oublier que tout ce que l'on donne n'est qu'une partie de ce qu'Allah, Lui-même, nous a accordé, dans Son infinie Générosité et Clémence.

 

Anas Ibn Mâlik, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète, que le salut et la bénédiction soient sur lui, a dit : « Lorsque Allah créa la terre, cette dernière commença à s'ébranler. Il créa alors les montagnes, les déposa sur la terre qui finit par s'établir solidement. Les anges furent ébahis par la force des montagnes. Ils dirent :

- Seigneur ! Y a-t-il dans, Ta création, plus fort que les montagnes ?

- Oui, le fer. Répondit Allah.

- Y a-t-il encore plus fort que le fer ?

- Le feu, dit-Il.

- Et plus fort que le feu ?

- L'eau, rétorqua Allah.

- Y a-t-il dans Ta création une chose plus forte que l'eau ?

- Le vent.

- Et plus fort que le vent ?

- Il y a l'être humain , lorsqu'il fait une aumône de sa main droite, sans que sa main gauche ne le sache»., rapporté par Attirmidi.

 

Dans un autre hadith, le Prophète, que le salut et la bénédiction soient sur lui, a dit : « Il y a sept catégories de gens qu'Allah mettra sous Son ombre le jour où il n'y aura pas d'autre ombre que la Sienne et parmi eux : l'homme qui fait une aumône de la main droite à l'insu de sa main gauche », rapporté par Al Boukhâri.

 

Il est aussi rapporté que le Prophète, que le salut et la bénédiction soient sur lui a dit : « L'aumône discrète éteint la colère d'Allah », rapporté dans Sahih Attarghib Wa Tarhib.

Partager cet article

Repost0
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 22:37

Le Prophète, que le salut et la bénédiction soient sur lui, a dit : « L'invocation de celui qui jeûne sera exaucée chaque fois qu'il rompt son jeûne (le soir) ». Rapporté par Ibn Maja.

Partager cet article

Repost0
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 18:47

 

Pendant ce mois, la vie des musulmans change beaucoup : ils doivent s'abstenir de manger, de boire et d'avoir des relations sexuelles du lever jusqu'au coucher du soleil. A l'heure de la rupture du jeûne, la majorité des familles se trouvent réunies à la même heure, autour d'une table bien garnie et qui dépasse largement les besoins du corps ! Cet événement est une bonne chose, car il nous permet d'être réunis tous les soirs pour partager ce bonheur.

Mais ce moment de partage et de joie ne doit pas nous faire oublier les conditions des gens qui sont nécessiteux, qui chaque jour ne savent pas comment ils vont se débrouiller pour survivre. Dans d'autres pays, les gens souffrent des conséquences de la sécheresse et de la misère. Pire encore, il y a des pays en guerre, où les habitants vivent dans une terreur quotidienne, et se trouvent souvent dispersés, affamés et sans abri. En ce mois sacré, plus que jamais, nous ne devons pas les oublier. C'est la période la plus propice pour faire preuve de plus de générosité, en faisant des dons directs ou aux associations humanitaires. C'est aussi la meilleure période pour faire davantage de prière pour tous ceux qui souffrent sur cette terre.

 

Ce sentiment qui accompagne le jeûne pousse les musulmans à devenir généreux et à faire des actes de charité envers les plus démunis. Dans ce sens, le Prophète, que le salut et la bénédiction soient sur lui, a dit dans un hadith : « Celui qui donne à manger à un jeûneur aura la même récompense que lui. Ceci dit, rien ne sera soustrait de la récompense du jeûneur même ». Rapporté par Attirmidi.

Tout cela est louable, mais l'année est faite de 365 jours et les nécessiteux ne vont pas attendre chaque Ramadan pour que nous réfléchissions enfin à leur sort. Alors, faisons de telle sorte que l'esprit du Ramadan dure toute l'année dans nos cœurs et nos actes, et soyons croyants et généreux. Dans un hadith, il est dit : « Il n'y a point de jour où les gens ouvrent les yeux le matin, sans que deux anges ne descendent des cieux. L'un d'eux invoque Dieu en disant : Seigneur, restitue à l'homme charitable ce qu'il aura dépensé, et l'autre de dire : Seigneur, dissipe la fortune de l'avare ». Rapporté par Al Boukhari.

Si nous voulons faire du bien, ce n'est pas difficile. Il suffit de regarder autour de soi, dans le voisinage ou dans la sphère familiale, car c'est là qu'on peut connaître la vraie situation des gens. De plus, le Prophète, que le salut et la bénédiction soient sur lui, a vivement recommandé d'aider les voisins les plus proches et aussi les proches de sa famille. Dans le premier cas, il a dit : « N'est croyant quiconque qui dort le ventre plein alors que son voisin a faim ». Concernant les proches, il a dit : « L'aumône que tu feras à ton proche et à la fois une aumône et un moyen de maintenir des liens de parenté ». Rapporté par Attirmidi.

 

Donc pas besoin d'aller très loin pour chercher des pauvres, il suffit juste d'avoir cette âme charitable qui pousse à venir en aide au plus nécessiteux et à ne pas fermer les yeux. Ce qui ne signifie nullement qu'il faut oublier tous ceux qui souffrent dans le monde. Chacun peut, selon ses moyens, aider son prochain, qu'il soit proche ou lointain.

 

Partager cet article

Repost0
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 22:45

Le Prophète, que le salut et la bénédiction soient sur lui, a dit : « Le jeûne et le Coran intercéderont pour l'être humain le jour de la résurrection. Le jeûne dira : « Ô Allah ! Je l'ai empêché de boire, de manger et d'avoir des désirs pendant le jour, accepte mon intercession pour lui » ; Le Coran dira : « Ô Allah ! Je l'ai empêché de dormir la nuit, laisse-moi intercéder en sa faveur ». Alors ils intercéderont ». Rapporté par Ahmed et Annissaï.

Partager cet article

Repost0
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 20:09

Abû Hourayra, qu'Allah soit satisfait de lui, rapporte que le Prophète, que le salut et la bénédiction soient sur lui, a dit : « Allah l'Exalté a dit : « Tout acte revient à l'homme excepté le jeûne. Ce dernier M'appartient et c'est Moi seul qui le récompense ». Le jeune est une protection. Lorsque l'un d'entre vous jeûne, qu'il ne profère ni propos déplacés ni vocifération. Si quelqu'un l'insulte ou le combat, qu'il dise : « Je suis en état de jeûne ». Je jure par Celui qui détient en Sa main l'âme de Mohammed ! La mauvaise haleine du jeûneur est plus agréable à Allah que l'odeur du musc. Le jeûneur connaît deux joies : une première joie une fois son jeûne rompu et une autre liée à son jeûne lorsqu'il rencontrera son Seigneur. » Rapporté par Al Boukhari, Muslim,l'imam Mâlik, Attirmidi, Ibn mâja et Annisâï

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 20:14

Le mois du ramadan est le quatrième pilier de l'Islam, Allah a dit : «Croyants ! Le jeûne vous est prescrit, comme il l'avait été aux confessions antérieures. Ainsi atteindriez vous à la piété ». (Sourate la vache, verset 183).

Il fut prescrit en l'an deux de l'hégire (624 après Jésus-Christ). Il se pratique de l'aube jusqu'au coucher du soleil ; pendant ce temps il est interdit de boire, de manger, de fumer et d'avoir des rapports conjugaux.

 

Le mot ramadan veut dire brûler les péchés, c'est un mois qui offre une bonne occasion au musulman et à la musulmane pour se rattraper, se repentir et repartir sur de bonnes bases. Ce mois sacré est béni par la miséricorde d'Allah sur Ses serviteurs. Le Prophète Salla Allah Alaihi Wa Sallam a dit : « Le jeûne préserve de l'enfer » (Rapporté par l'imam Ahmed).

Il a dit Salla Allah Alaihi Wa Sallam dans un autre hadith : « L'invocation de celui qui jeûne sera exaucée chaque fois qu'il rompt son jeûne » (Rapporté par Ibn Maja).

 

Ce mois-ci a été sacré par les évènements suivants :

La révélation du Coran sur notre Prophète Salla Allah Alaihi Wa Sallam ;

La bataille de badr qui a été un tournant historique pour l'Islam et les musulmans ;

La nuit sacrée qui vaut plus de mille mois ;

Les diables sont enchaînés durant ce mois-ci ;

Les portes de l'enfer se ferment et les portes du paradis s'ouvrent ;

Son début est une miséricorde, son milieu est un pardon et sa fin est un affranchissement de l'enfer.

Donc le musulman et la musulmane ont intérêt à ne pas rater cette belle occasion pour faire le plein de bonnes actions.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de connaisances
  • : Mon blog traite des sujets de santé, de psychologie, de philosophie, de religion et de culture en général.
  • Contact

mes sites traduits

     

Recherche

Pages

Connaissances