Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 17:19

Le burn-out ou l'épuisement au travail est le résultat d'un travail intense sans avoir le temps nécessaire pour récupérer.

 

En principe, le temps journalier du travail effectif ne peut pas excéder dix heures en continu. En plus il faut, normalement, un repos de douze heures pour reprendre le lendemain

 

Les signes d'un burn-out qui se prépare :

 

Quand vous êtes au repos d'au moins de deux jours, par exemple le week-end, et que vous vous levez le lundi matin, vous vous sentez que vous avez récupérer physiquement et psychiquement, cela veut dire que vous êtes bien.

 

Par contre, si vous avez l'impression que vous êtes encore fatigué et que le repos n'a pas eu d'effets sur vous, et que vous avez du mal à entreprendre votre travail. Pareil pour l'aspect psychique, vous êtes de mauvais humeur, vous êtes stressé et que vous vous dites que la journée sera dure et trop longue pour vous, alors qu'auparavant cette question ne vous posait pas de problème.

 

Là, c'est un signe clair et net que les choses deviennent sérieuses qu'il faut prendre la décision d'aller voir votre médecin sans tarder, car il vaut mieux consulter, que de couper tous vos téléphones et ne pas vous rendre au travail.

 

Comment peut-on en arriver là ?

 

Bons nombres d'employeurs demandent à leurs salariés de faire plus d'efforts au niveau du travail, soit en raison d'une absence d'un salarié, soit ils veulent augmenter la rentabilité de l'entreprise sans pour autant chercher à embaucher une nouvelle personne.

 

Quand ce rythme inhabituelle est provisoire, cela peut se comprendre, mais quand cette situation tend à devenir « normale », là il faut réagir. Rappelons qu'une fois les choses s’installent, ils deviennent en quelque sorte « légitimes », et il ne faut pas rêver quelle soit abrogées d'elles-mêmes. Pire encore, la charge du travail pourrait même augmenter si à chaque fois les employés se résignent, car pour l'employeur, il n'y a pas de limite à sa cupidité et sa course vers le plus de gain possible au détriment de la santé de son propre personnel.

 

En plus, travailler dans des grandes entreprises qui sont cotées en bourse est « un enfer », puisque elles doivent augmenter leurs chiffres d'affaires lors de la publication de leurs résultats trimestriels, car si ce n'est pas le cas la valeur de l'action chute. Donc, d'un côté, il faut ménager les actionnaires en leur versant des dividendes et en leur assurant une montée régulière de la valeur. De l'autre côté, il faut presser les salariés, comme des citrons, en rajoutant à chaque occasion la charge du travail. Dans ce cas, je peux vous donner un exemple d'une collègue infirmière, qui s'est faite pipi dessus avant d'arriver aux toilettes, car il fallait terminer les soins de ses patients, et que chaque minute était comptée ! Tout simplement la clinique où elle travaillait a été rachetée par un grand groupe coté en bourse et que l'audit préconisait des économies un peu partout !

 

Comment réagir face à cette situation ?

 

Concernant cette situation, les employeurs ou les directeurs font la sourde oreille, et même quand vous essayez de leur expliquer la situation, la communication ne passe pas, car soit, ils vous disent non d'emblée en cherchant des excuses, soit ils essaient de gagner du temps en jouant sur votre

résignation, ainsi sur la désintégration de l'esprit d'équipe.

 

Pour sortir de ce cercle infernal, il faut savoir dire non, quitte à partir. L'autre scénario, c'est d'aller voir votre médecin et lui expliquer votre malaise et votre souffrance. Un bon repos vous donnera le recul nécessaire dont vous avez besoin pour voir les choses plus claires et prendre une bonne décision.

 

Qui passe en premier ?

 

Sachez que votre santé physique et mentale n'a pas de prix, et que si vous êtes malade personne ne pourra vous rendre ce que vous avez perdu tout simplement.

 

Je connais beaucoup de personnes qui sont devenus du jour au lendemain inaptes à cause du mal du dos ou des TMS (tensions musculo-squelettique).

 

Il y a un autre risque, c'est de cumuler le burn-out avec une dépression ; et là la situation pourrait devenir très compliquée. Tout simplement, vous risquez de ne pas revenir à votre travail pendant des mois, voire des années !

 

Repost 0
Published by Mohammed Slaoui - dans Psychologie
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 19:22
  • Définition :
  • Le stress est un terme, qui reste très vague, et qui désigne les tensions en général, et en particulier les agressions psychiques liés à la vie actuelle.
  • La différence entre le stress et le trac :
  • Rappelons que le trac est un stress important, mais juste passager, comme le cas d'un examen ou affronter le public pour la première fois.

Particularités de stress :

  • Le stress se manifeste par des réactions émotionnelles, comme par exemple : l'élévation de la pression artérielle et la tachycardie. Le sommeil aussi peut être perturbé par le stress.

C'est donc un phénomène de non adaptation à une situation qui entraîne un déséquilibre des grands fonctions de l'organisme.

  • Causes du stress :
  • La vie actuelle nous demande de réaliser beaucoup de choses à la fois : dès le matin on arrête pas, et on arrive à la fin de la journée et on nous reste pas mal de choses à faire. Souvent on se couche tard, et on a pas accompli ce qui nous reste à faire, avec l'idée que le lendemain on aura de la pression un peu partout.

Dans ce domaine, les femmes souffrent plus que les hommes, car le matin on déposant les enfants à l'école en bas âge, elle culpabilisent en les laissant pleurer ; elles pensent souvent à l'idée au cas où les petits tombent malades et qu'il y'ait personnes pour les garder.

En la matière, les femmes vivant seules avec des enfants sont les plus exposées au stress, car en plus des problèmes qu'on a cités plus haut, il y a la réalisation des courses, l'entretien de la maison et la préparation des repas, sans qu'elles puissent compter sur personne.

  • Il y a aussi les embouteillages qui font partie de notre civilisation moderne, et que pas mal d'entre nous ne les supportent plus
  • Rappelons aussi, que certaines personnes font des métiers pas pour conviction, mais juste pour gagner un salaire afin de pouvoir payer les factures et vivre jusqu'à la fin du mois.
  • Comment se débarrasser du stress ?

Tout d'abord, essayez de trouver les causses exactes du stress, et cela dans le but de trouver une solution adéquate. Par exemple, changez de lieu de travail si celui-là est trop loin pour vous, à condition d'en trouver un facilement. l'autre solution, c'est de vous rapprocher tout simplement de votre lieu de travail. Que ce soit l'une ou l'autre solution, ce ne pourrait qu'être bénéfique pour vous, ainsi que pour votre famille.

Si vous n'arrivez pas à trouver l'une des solutions, organisez-vous de telle sorte que vous puissiez sortir tôt de chez vous, afin d'éviter les bouchons de la circulation.

  • Et dans le cas où vous n'aimiez pas ou plutôt vous n'aimiez plus votre travail, essayez de faire le tour de la question de manière à trouver une issue favorable. Par exemple, vous pouvez songer à une reconversion ou une formation ; puisque la vie professionnelle ne devrait pas rester figée jusqu'à la retraite, et il n' y a pas d'âge pour se former et apprendre de nouvelles choses.
  • Ensuite, si malgré vos efforts vous n'y arrivez pas à trouver une sortie de crise, je vous conseille de voir cela avec votre médecin. Si celui-ci n'est pas à votre écoute, changez-le, car un bon médecin est un bon allié dans ces moments difficiles. Il ne portera aucun jugement à votre égard. Il sera là pour vous écouter attentivement, comprendre vos souffrances, et vous épauler le temps que vous trouviez un dénouement au problème posé.
  • Un autre facteur, qui pourrait jouer en votre faveur, c'est l'entourage. En l'occurrence, votre conjoint devrait vous donner un coup de main. Les enfants aussi à leur niveau. N'oublions pas que les parents à la retraite pourraient aussi vous apporter un soulagement.
  • De toute façon, ne restez pas seul face à vos souffrances, car c'est là le plus grand danger !
  • Enfin, la foi joue un rôle essentiel dans ces moments délicats. Elle vous donnera l'espoir, puis la force pour surpasser vos difficultés actuelles.
Repost 0
Published by connaisances - dans Psychologie
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 16:34

Une langue étrangère n'est pas facile à maîtriser, car, par définition, elle n'est pas votre langue maternelle. Cela est encore plus difficile si vous voulez maîtriser sa lecture et son écriture. Dans ce cas là, vous vous trouvez face à deux choix : 

 

1- Vous voulez parler une langue étrangère parfaitement, mais il y a beaucoup de mots qui vous échappent et parfois vous avez l'impression que vous ne comprenez pas grand chose et que vous êtes obligé d’interpréter ce que dit votre interlocuteur. Cela est plutôt gênant lorsqu'on vous demande votre avis sur ce qu'on vient de vous dire et que vous répondez par « oui », ou « non » au hasard.

Pour maîtriser cette langue oralement, la meilleure façon est de vous rapprocher de personnes dont c'est la langue maternelle. Dans ce cas, il faut discuter régulièrement avec elles et si vous ne comprenez pas demandez qu'on vous explique. Surtout n’interprétez pas le sens des mots, car dans ce cas vous risquez de fausser complètement le sens. Alors, il vaut mieux être curieux que timide ou orgueilleux.

 

2- Dans le deuxième cas, vous voulez l'écrire et la parler à un niveau soutenu, mais là vous devrez d'abord avoir de bonnes bases pour vous lancer. Si c'est le cas, choisissez un livre qui vous convient, puis armez-vous d'un bon dictionnaire, d'un livre de grammaire et de beaucoup de patience. Cette méthode consiste à consacrer une demi-heure quotidiennement avant d'aller vous coucher pour lire ce livre à l'aide du dictionnaire, et cela pendant six mois. Autre facteur déterminant : vous devez absolument le faire dans des conditions de calme et de tranquilité. Si vous terminez cette lecture avant le délai, passez à une autre lecture, et ainsi de suite en augmentant la difficulté. Si vous voyez que cela vous a bien aidé, vous pourrez renouveler cette opération. Un conseil à vous donner : Si pour une raison ou une autre, vous ratez une séance, ne faites pas le lendemain une heure au lieu de trente minutes. Cela ne vous servira à rien, au contraire ce rattrapage ne pourra que vous fatiguer et nuire à votre concentration. Le travail le plus efficace doit s'inscrire dans la durée et la régularité, et non dans la quantité épisodique.

Repost 0
Published by connaisances - dans Psychologie
commenter cet article
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 15:22

Il y a des personnes qui ont un parcours sans faute et qui réussissent leur vie, mais ce n'est pas le cas de tout le monde. D'autres, pour une raison ou pour une autre, échouent lors d'un accident de parcours ou à la suite d'un mauvais parcours, et n'arrivent pas à réaliser leurs rêves. Cette situation ne durera pas pour certains, qui arriveront à la dépasser. Mais, hélas, pour d'autres elle devient une sorte de blocage qui va compliquer leur vie et les obliger à vivre constamment dans le passé. Ces personnes vont restées enfermées dans cet échec, sans pouvoir se projeter dans l'avenir. Ils vont passer leur temps à ressasser le passé et penser à leurs projets avortés. Ils restent persuadés qu'ils ne sont en rien responsables de cet échec, dont ils rendent systématiquement responsables les autres : telle ou telle personne, ou le système en général.

 

A présent, essayons donc de comprendre comment ces personnes vivent cette situation ?

 

Elles vivent dans le passé, dont elles ont fait une fixation. Pour elles, il est leur période lumineuse, où tout était possible. Puis est survenu l'échec, qui leur a fait perdre toute énergie et envie de commencer ou recommencer autre chose. Ce sentiment d'échec les fait sombrer dans la passivité. Au fur et à mesure, cette crise de confiance va se transformer en crise d'initiative et va les entraîner dans un cercle vicieux, dont elle pourront difficilement se sortir.  Elles ne vous parleront que du passé, sans évoquer clairement le futur, car il devient une source d'angoisse  pour elles, et synonyme d'un éventuel échec ou mauvaise expérience. Une telle situation est négative pour eux, mais aussi pour tout leur entourage.

Cela risque de faire fuir leurs amis, ainsi que leurs proches, qui finiront inévitablement par se lasser de leurs propos répétitifs, de leur passivité face à n'importe quelle situation et de leur pessimisme qui peut être contagieux à forte dose. Leur refus de toute initiative laisse les famille perplexes, qui peuvent être amenées à penser que leurs proches sont ensorcelées. Cependant, la cause de leur malaise, ou même mal-être, n'est pas dû à des causes surnaturelles, mais simplement à leur incapacité à surmonter leur échec. Malgré ce tableau plutôt noir, est-il possible de sortir de ce marasme, et si oui par quelle moyen ?

 

Cela dépend d'abord de la capacité de la personne concernée de reconnaître son échec, sans chercher des « responsables », des « coupables », ou des « boucs émissaires ». Dans un deuxième temps, il faut que cette personne ose se projeter dans l'avenir, et prendre des décisions nécessaires pour changer sa vie. Pour cela, elle doit aussi accepter les conseils de ses proches.  Autre facteur indispensable pour l'aider à se ressaisir, c'est la chaleur d'une vie familiale, puisque cette dernière va lui redonner la confiance qu'elle a perdue.

Reste le remède infaillible pour dépasser ce stade, la foi, qui les aidera à prier pour trouver cette force spirituelle, qui leur permettra enfin de tourner la page définitivement et commencer à prendre des initiatives. Une chose est certaine, il n'est jamais trop tard pour prendre un nouveau départ !

 

Repost 0
Published by connaisances - dans Psychologie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de connaisances
  • Le blog de connaisances
  • : Mon blog traite des sujets de santé, de psychologie, de philosophie, de religion et de culture en général.
  • Contact

mes sites traduits

     

Recherche

Pages

Connaissances