Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2019 4 11 /04 /avril /2019 23:53

Un homme vint trouver Addardae, qu'Allah l'agrée, et lui dit : « Ô Abou Addardae ! Ta maison est en feu ! Pas du tout ! Répond-il. Allah à Lui la puissance et la gloire ne l'aurait pas fait en vertu des mots que j'ai entendus de l'envoyé d'Allah, que le salut et la paix soient sur lui, et que j'ai prononcé ce jour-même. Puis il ajouta : « Allons voir ». Lorsqu'ils furent près de la maison, ils constatèrent que tout ce qu'il l'entoura brûlait, tandis que sa maison était sauvée. Ces mots sont les suivants : le prophète, que le salut et la paix soient sur lui a dit : « Quiconque dit quand il est au matin et quand il est au soir : « Grand Allah ! Tu es mon Seigneur ! Il n'y a d'Allah que toi ! Je me confie entièrement à toi ! Toi le Seigneur du Trône ! Ce qu'Allah veut, sera ; et ce qu'il ne veut pas, ne sera pas. Il n'y a ni force ni puissance qu'en Allah le Très Haut, l'inaccessible. Je sais qu'Allah est puissant sur toute chose. Ô Grand Allah ! Je me réfugie auprès de toi contre le mal de moi-même et le mal de tout être vivant que tu tiens par le toupet. Mon Seigneur est sur une voie droite ». Cet homme-là ne sera atteint d'aucun mal, ni en soi -même, ni en sa famille, ni en ses biens ». Rapporté par Ibn Assani d'après Abou Addardae.

 

Le Prophète, que le salut et la paix soient sur lui, a dit : « Quant à ta vie mondaine, et après la prière de l'aube que tu aies faite, dis trois fois : « Gloire à Allah l'Inaccessible, et louange à Lui, il n'y a ni force ni puissance qu'en Allah », tu seras protégé contre quatre malheurs : la folie, la lèpre, l'aveuglement, et la paralysie. Quant à ta vie future, dis : « Grand Allah ! Dirige-moi de ta part, fais couler de ta grâce sur moi, répands de ta miséricorde sur moi et fais descendre de tes bénédictions sur moi ». Par celui que mon âme est entre ses mains, celui qui dit cela quotidiennement, se verra quatre portes de paradis s'ouvriront devant lui et il aura le choix entre elles ». Rapporté par Assounni d'après Ibn abbas.

 

Dans un autre hadith, il a dit : « Aucune personne n'invoque Allah par ces mots, au début de sa nuit et au début de sa journée, sans qu'Allah ne le préserve du démon et de son armée : « Au nom d'Allah, l'Influent par excellence, dont Sa preuve est incontestable, Son autorité est immense, ce qu'il veut, il sera. Je me réfugie auprès d'Allah contre le diable ». Rapporté par Al Hakem et Ibn Assaker d'après Azzoubeir Ibn Al Awwame.

 

Il a dit : « Quiconque dit sept fois, quand il est au matin et quand il est au soir : « Allah me suffit, il n'y a d'Allah que Lui. Je me confie entièrement à Lui. Il est le Maître du Trône immense », celui-là, Allah le Très Haut lui suffira contre tout ce qui lui préoccupe des affaires de ce monde d'ici-bas et de la vie future ». Rapporté par Ibn Assounni d'après Abou Addardae.

 

Il a dit : « Quiconque dit trois fois le soir : « Au nom d'Allah qu'avec Son nom aucune chose qu'elle soit sur la terre ou dans le ciel, puisse le nuire, Il est Celui qui entend et qui sait tout ». Celui-là ne sera atteint par aucun malheur soudain jusqu'à ce qu'il parvienne au matin. Et quiconque repète ces mots trois fois, le matin, aucun malheur soudain ne l'atteindra jusqu'à ce qu'il parvienne au soir ». Rapporté par Abou Daoud, Ibn Hibban, et Al Hakem d'après Odmane.

 

Il a dit : « Les sourates le monothéisme pur/n° 112, l'aube naissante/n°113, et les hommes/n°114 te suffisent contre toute chose si tu les récites trois fois le soir et le matin ». Rapporté par Attirmidi, Annissai et Ibn Maja.

 

Il a dit : « Allah à Lui la puissance et la gloire dit : « Dis à ta nation de dire ces mots dix fois le matin, autant le soir et autant avant de dormir : « Il n'y a ni force ni puissance qu'en Allah ». Ces mots écartent d'eux, lors du sommeil, le malheur du monde d'ici-bas, au soir la tromperie du diable, et au matin Ma plus mauvaise colère ». Rapporté par Addaïlami d'après Abou Bakr qu'Allah l'agrée.

 

 

Il a dit : « Celui qui, après la prière du vendredi, récite sept fois les sourates 112, 113 et 114, Allah lui donnera refuge contre le mal qui pourrait arriver, de ce jour de vendredi jusqu'au vendredi suivant ». Rapporté par Ibn Assani d'après Aïcha qu'Allah l'agrée.

 

Il a dit : « Quiconque coupe ses ongles le jour du vendredi, sera préservé du mal jusqu'au vendredi suivant ». Rapporté par Attabarani d'après Aïcha qu'Allah l'agrée.

 

Il a dit : « Allah à Lui la puissance et la gloire n'accorde à un homme un bienfait : soit une femme, une fortune ou un enfant, et que cet homme dise : « Telle est la volonté d'Allah. Il n'y a de puissance qu'en Allah ». Il ne subira aucune calamité (dans ce bienfait) en dehors de la mort ». Rapporté par Ibn Assani.

Partager cet article

Repost0
4 avril 2019 4 04 /04 /avril /2019 00:32

Qu'est-ce que prendre conscience ? Dans le langage courant, prendre conscience d'une chose signifie s'apercevoir de quelque chose. Mais en réalité cette question est bien plus compliquée que cette simple définition. Avant de tenter d'y répondre, il est d'abord nécessaire de définir les termes qui la composent, autrement dit, voir ce que les termes « conscience » et « prendre conscience » recouvrent. Il y a également un sous-entendu dans cette question, qu'il va falloir aborder : la prise de conscience ne serait pas une perception immédiate, mais un produit de la réflexion. On a ici une distinction nette entre « avoir conscience » et « prendre conscience ». Par ailleurs, si la conscience n'est pas spontanée, si elle nécessite un effort, une prise, cela signifie qu'il existe une part de non-conscience, autrement dit un inconscient. Cette question en entraîne également une autre : prendre conscience de quoi ?

 

Qu'est-ce que la conscience ? Globalement, on doit tout d'abord distinguer conscience psychologique et conscience morale. La conscience psychologique se définit comme la connaissance immédiate de sa propre activité psychique. Elle constitue l'activité psychique dont le sujet a une connaissance intuitive. Dans le langage courant, la conscience renvoie à toute connaissance immédiate, spontanée.

La conscience psychologique est liée au fonctionnement du cerveau. La condition immédiate d'un état de conscience est une activité des hémisphères cérébraux. La conscience psychologique peut être facilement perturbée et troublée, en fonction de facteurs intérieurs et extérieurs. A ce premier niveau, le phénomène de la conscience peut se définir comme une sorte de vigilance, un état d'éveil, un rapport actif et réactif avec l'environnement. Il y a une perception des stimulations provenant de l'environnement et des réactions à ces stimulations. La relation stimulation-réponse est une relation d'adaptation entre l'être conscient et son entourage.

La conscience est la présence au réel, présence au monde (objective) et présence à soi (subjective). Cependant, cet état conscient est fragile et variable. Ses degrés sont liés au niveau d'attention : on est plus ou moins attentif à une chose, plus ou moins présent à la réalité. On peut dire qu'il y a une alternance des rythmes de conscience : on ne peut être attentif que dans un domaine en même temps, et cette attention est plus ou moins intense. Si on concentre son attention sur une chose précise, on est forcément distrait aux autres secteurs de la réalité.

 

La conscience morale, quant à elle, correspond à la faculté de porter des jugements de valeur morale sur ses actes. La conscience morale est cette voix intérieure, qui permet à chaque être humain de statuer sur le bien ou le mal. Ainsi, avoir une bonne conscience correspond à l'état de la personne qui estime n'avoir rien à se reprocher. Rappelons que la conscience a d'abord eu un sens strictement moral, puisque le sens psychologique de cette notion n'est apparu qu'en 1700. Ainsi, pour Descartes, la conscience est la conscience morale, même s'il s'y ajoute une part de psychologie, par exemple, lorsqu'il affirme qu'on peut prendre complètement conscience de soi.

 

Après avoir défini la notion de conscience, il nous semble pertinent de nous demander si elle est innée ou acquise, ce qui nous renvoie indirectement aux expressions « avoir conscience » et « prendre conscience ».

Selon Rousseau, la conscience morale est naturelle, innée et universelle, car il y a partout les mêmes idées de justice et d’honnêteté, les mêmes notions de bien et de mal. Ainsi, il écrit : « Conscience ! Conscience ! Instinct divin, immortelle et céleste voix ; guide assuré d'un être ignorant et borné, mais intelligent et libre ; juge infaillible du bien et du mal, qui rend l'homme semblable à Dieu. »

Pour Descartes, qui met en doute toute chose existante, jusqu'à l'existence du monde extérieur, il découvre une première certitude : même lorsqu'il doute de sa propre existence, il sait qu'il est en train de douter, c'est donc le signe de sa pensée qui l'assure de son existence : « je pense donc je suis » . Pour lui, c'est la conscience qui définit l'homme, elle est donc innée.

Par contre, pour Kant, la conscience est spécifique à l'Homme, mais elle s'acquiert petit à petit. Elle n'est donc pas innée, mais acquise : « Une chose qui élève infiniment l'homme au-dessus de toutes les autres créatures qui vivent sur la terre, c'est d'être capable d'avoir la notion de lui-même, du Je. C'est par là qu'il devient une personne ; et grâce à l'unité de conscience qui persiste à travers tous les changements auxquels il est sujet, il est une seule et même personne. La personnalité établit une différence complète entre l'homme et les choses, quant au rang et à la dignité ». Ce qui caractérise l'Homme c'est donc sa capacité à dire « je » , de se retourner sur soi même pour se constituer comme une conscience de soi ou un sujet.

 

Si la conscience peut être innée ou acquise, il n'en est pas de même de la prise de conscience. Celle-ci n'est pas spontanée, mais ne peut être que le résultat d'un certain effort intellectuel. Qu'est-ce donc que prendre conscience ? Et prendre conscience de quoi ? Car, comme le disait Sartre, « toute conscience est conscience de quelque chose ».

 

La première prise de conscience est subjective, elle est la conscience de soi, qui se fait progressivement. L'être humain se découvre, prend conscience de sa réalité, de sa spécificité, de ses goûts, au fil de son développement psychologique, au fil des années. Hegel définissait ainsi la conscience de soi : « Cette conscience de soi l'homme l'acquiert … théoriquement, parce qu'il doit se pencher sur lui-même pour prendre conscience de tous les mouvements, replis, penchants du coeur humain et d'une manière générale se contempler, se représenter ce que la pensée peut lui assigner comme essence, enfin se reconnaître exclusivement, aussi bien dans ce qu'il tire de son propre fond que dans les données qu'il reçoit de l'extérieur.

La prise de conscience de soi évolue avec le temps. Ainsi, en grandissant, l'enfant prend conscience de qui il est, il se découvre (il découvre ses goûts, ses capacités, ses désirs, ses aspirations, ses craintes...). Mais cette prise de conscience de soi n'est pas statique, c'est un processus en perpétuel mouvement. Elle évolue en même temps que l'être lui-même évolue, en fonction de son environnement intérieur et extérieur. L'environnement intérieur est fondé sur la personnalité et l'éducation, alors que l'environnement extérieur est fondé sur la relation aux autres et le monde qui l'entoure. La relation aux autres, l'expérience personnelle et la connaissance du monde, ou de la réalité qui nous entoure, contribuent à la prise de conscience de soi. Pour prendre un exemple simple, on ne peut prendre conscience de sa propre sensibilité qu'une fois qu'on est confronté à la méchanceté de certaines personnes.

Descartes pensait que l'homme pouvait, avec le temps et l'attention nécessaire, prendre complètement conscience de soi. Mais ce point de vue a été réfuté par Freud, pour qui l'homme ne peut atteindre qu'une petite partie de sa propre réalité, l'autre partie restant enfermée dans son inconscient. Ainsi, quelque soit son degré de maturité, d'éducation et d'attention à son être intérieur, la conscience de soi ne peut jamais être complète.

 

Le deuxième niveau de prise de conscience est à la fois subjectif et objectif : c'est la prise de conscience des autres. Prendre conscience des autres, c'est reconnaître leur existence, aller vers eux, échanger avec eux et accepter qu'ils soient différents de soi. C'est aussi au contact des autres qu'on prend encore davantage conscience de soi. Confronté à d'autres types de personnalités, on va prendre conscience de qualités ou défauts en nous, que nous ignorions jusque-là. Ainsi la sociabilisation va enrichir et modifier la conscience de soi.

 

Le dernier niveau de prise de conscience est lui objectif : c'est la prise de conscience de la réalité extérieure, du monde. On va prendre conscience de ce qui nous entoure en faisant un effort d'attention. Plus on sera attentif au monde extérieur, plus on prendra conscience de choses ou de réalités, qui nous sont plus ou moins étrangères. Mais plus que l'attention, c'est l'éducation et la curiosité intellectuelle qui feront que nous serons plus conscients du monde qui nous entoure.

Autrefois, c'était essentiellement l'éducation et les livres qui nous faisaient prendre conscience de la réalité, du monde. Aujourd'hui, les moyens de communication modernes, entre autres la télévision et Internet, contribuent grandement à cette prise de conscience. Ils rendent celle-ci plus rapide et plus vaste. Pour prendre l'exemple d'Internet, quelques clics suffisent à nous faire prendre conscience de nombreuses choses, ou événements se produisant dans plusieurs endroits du monde, et en même temps. On a donc besoin de moins d'attention et de temps pour prendre conscience de beaucoup plus de choses.

 

Mais aujourd'hui, cette vaste prise de conscience du monde extérieur mobilise-t-elle autant notre conscience, ou n'est-t-elle plus qu'une simple prise de connaissance ? En ce qui concerne la réalité extérieure (les hommes et le monde), prendre conscience peut, ou devrait, signifier éveiller sa conscience (psychologique et morale) à cette réalité. Ainsi, par exemple, si je prends conscience que des massacres sont commis dans un coin du monde, je n'ai plus le droit de feindre l'ignorance et rester passif, mon devoir en tant qu'être humain ayant une conscience (morale) est de réagir et de m'y opposer par tous les moyens (moraux) qui me sont donnés : contestation verbale, politique ou économique. Prendre conscience du monde extérieur, c'est être conscient, éveillé et réactif au monde.

 

En conclusion, prendre conscience c'est être en état d'éveil, d'écoute de soi et du monde. C'est être activement présent à la réalité intérieure et extérieure. Mais, sans vouloir jouer sur les mots, il ne peut pas y avoir de prise de conscience sans conscience (morale).

 

 

Partager cet article

Repost0
24 mars 2019 7 24 /03 /mars /2019 01:53
Le voyage et ses bienfaits

Les voyages sont la seule activité d'où l'on revient toujours plus riches, malgré toutes les dépenses qu'ils peuvent occasionner.

 

le voyage et la découverte de soi-même :

 

Avec le travail et les tâches quotidiennes, notre vie devient monotone de plus en plus. En voyageant, nous sommes face à de nouvelles situations qui nous poussent à agir différemment et à tester notre capacité à s'adapter à un nouveau environnement.

 

Une ouverture d'esprit :

 

Quand on voyage, on fait des rencontres avec des personnes différentes de nous, et on découvre que ces personnes ont une culture et ont des choses à nous apprendre aussi. Car si tout le monde était pareil ce ne serait pas utile d'aller voir comment les choses se passent ailleurs.

 

Des souvenirs pour la vie :

 

Les voyages que nous effectuons nous appartiennent et de là nous en sommes les propriétaires. Donc, nous en gardons des souvenirs pour nous, ainsi pour nos petits-enfants, mais aussi pour les autres. Dans ce sens et lors de mon travail au sein des EHPADS, des personnes âgées me racontaient leurs voyages à travers le monde et les rencontres qu'elles ont faites et leurs ressentis vécus, et cela a une valeur inestimable. Leurs souvenirs, racontés, permettent aussi de maintenir la mémoire de en activité.

 

Le voyage nous apprend à mieux connaître les autres :

 

Si quelqu'un fait le voyage avec nous, ce sera une bonne occasion pour mieux le connaître, car c'est une sorte d'épreuve pour savoir comment il se comporte, comment il agit et réagit. On peut découvrir que cette personne est égoïste, impatiente, ou même méchante ! Ou au contraire agréable, serviable et patiente ! Dans ce sens, chez les anciens musulmans, quand on voulait se renseigner sur quelqu'un, on allait demander l'avis des personnes qui ont fait le voyage avec lui.

 

Une richesse :

 

Les découvertes et les expériences issues des voyages, nous rendent plus riche qu'auparavant. Par exemple, on se familiarise un petit peu avec une langue étrangère, ou même on décide de l'apprendre par la suite.

On découvre l'art culinaire des autres. On peut faire la connaissance d'une nouvelles personne, et que cette connaissance peut déboucher sur une nouvelle amitié ou même construire un projet pour la vie. On peut aussi décider d' investir et s'installer dans l'un des pays visités

 

Le voyage et la santé :

 

Le voyage maintient la santé, car on change d'air et cela est bénéfique physiquement, mais aussi moralement. Ce changement est comme une sorte de parenthèse qui permet, à un moment donné, de lâcher prise et être décontracté. Selon la « Transamerica Centre for Retirement Studies » voyager de façon régulière, permet de réduire les possibilités de maladies du cœur, ainsi que les troubles psychiques comme la dépression.

 

Après retour du voyage, et une fois les batteries rechargée, on est mieux armé pour repartir du bon pied. En conclusion, je pourrais vous dire que le prophète Mohammed, que le salut et la paix soient sur lui, a dit dans ce sens : «Voyagez, vous aurez la santé».

Partager cet article

Repost0
28 février 2019 4 28 /02 /février /2019 18:46

Meilleur fruit en vitamine C :

 

La quantité de vitamine C dans le kiwi dépasse et de loin celle contenue dans l'orange ou le citron.

Cette vitamine importante permet au corps de se défendre naturellement et accroît son immunité, surtout en période d'hiver.

 

Le kiwi et l'aspirine :

 

C'est un bon concurrent de l'aspirine, mais sans effets indésirables. Donc, il permet de fluidifier le sang tout en préservant l'estomac des ulcères. Ainsi il améliore la circulation du sang dans les artères et les vaisseaux sanguins et évite la formation de caillots sanguins.

 

Il aide à digérer :

 

Les graines noires du kiwi contiennent des enzymes qui aident à la digestion, et ainsi évite la gastrite et les gaz.

Le kiwi, un bon fluidifiant du sang

Partager cet article

Repost0
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 18:50
1. Boire chaque jour du lait combiné fabriqué à base de sirops etc .

- Pourquoi: il contient des quantités élevées de sucre, d'additifs et de colorants
- Solution: si vous devez le boire: deux fois par semaine maximum

2. Consommer de grandes quantités d'eau à la rupture du jeûne.

- Pourquoi: le remplissage de l'estomac avec de l'eau rend plus fatigant que par les aliments.
- Solution: prendre quelques gorgées à la rupture puis un verre d'eau après chaque deux heures.

3. Exercice directement après iftaar (rupture du jeûne).

- Pourquoi: le flux sanguin du corps est concentré autour de l'estomac à ce moment-là.
- Solution: exercice deux heures après le repas pour faciliter la digestion.

4. Mâcher et avaler rapidement les aliments.

- Pourquoi: mâcher les aliments lentement peut accélérer la digestion et aider à maintenir votre poids

5. Avoir un dessert directement après iftaar

- Pourquoi: il vous rend somnolent.
- Solution: laisser au moins deux heures d'intervalle entre l'iftaar et le dessert pour rester frais et éveillé pour les prières d'ishaa et de Taraweeh.

6. Consommer des aliments avec des quantités élevées de sodium

- Pourquoi: Le sodium déclenche la soif pendant les heures de jeûne du jour
- Solution: à la place, consommez des aliments riches en potassium, ils retiennent l'eau et suppriment votre soif.

# Les bananes sont riches en potassium. Une banane au temps de Suhoor peut contrôler votre niveau de soif tout au long de la journée.

# Meilleures sources de potassium pour le Suhoor:
- bananes
- Lait
- Dattes
- avocats
- Pêches séchées
- pistaches
- citrouille
- pois-chiches
- chocolat noir

# Les pires choix pour le Suhoor:
- biryani
- kebab
- Pizza
- la restauration rapide en général
- fromage
- haleem

# Meilleur choix pour Suhoor:
- pomme de terre
- riz
- Dattes
- pain de grains entiers
- bananes

# Boire beaucoup d'eau au suhoor est important, mais pas autant que de le boire pendant vos heures de non-jeûne.

La tombe appelle ......! Écoutez très attentivement!
Oh fils d'Adam! Je suis plein d'obscurité, alors en venant apportez avec vous la lumière de la prière.

Ne gardez pas ce rappel pour vous seul partagez-le avec vos frères et sœurs bien-aimés.

 

                                                                      Riad

 

Partager cet article

Repost0
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 18:56
1. Ne pas dormir pendant la journée et prier toute la nuit. En faisant cela, vous transformez le jour en nuit et la nuit en jour, ce qui n'est pas le but du jeûne.

2. Évitez d'être paresseux et inactif pendant la journée.

3. Ne perdez pas de temps à jouer aux jeux pendant la journée. Augmentez plutôt votre culte envers Allah.

4. Évitez d'avoir des clubs de Iftar. Le Ramadan n'étant pas censé être une extravagance alimentaire.

5. Ne demandez pas à votre femme de passer tout le Ramadan dans la cuisine. Mangez quelque chose de léger et rapide.

6. Passez les 10 derniers jours adorant Allah plutôt que d'essayer de préparer l'Aid(la fête)! Un jour qui vaut plus de mille mois est dans ces 10 derniers jours. Vous ne devez pas le rater.

7. Ne reste pas éveillé toute la nuit. Votre corps a un droit sur vous, et quand il veut le repos, reposez-vous.

8. Évitez les regroupements excessifs après Taraweeh (prière surérogatoire après la prière d'Al Icha durant le mois  du Ramadan).

9. Évitez de faire beaucoup le shopping durant le Ramadan.

10. Ne mangez pas la nuit entière.

11. Ne vous promenez pas la nuit mais plutôt adorer Allah.

12. L' Aid ne nécessite pas beaucoup de préparation. Ne tombez pas dans ce piège! Restez simple, et elle sera bénie.

Que Allah fasse que nous soyons témoin de ce prochain Ramadan avec une bonne santé.

Amen ....

                                                                     Riad

Partager cet article

Repost0
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 16:53

 

1. Lorsque le mois de Ramadan commence, les portes du paradis sont ouvertes, les portes de l'enfer sont fermées et les démons sont enchaînés. (Hadith rapporté par Al-Bukhari et Muslim)

2. Tout musulman doit faire l'intention de jeûner avant fajr (pour un jeûne obligatoire). L'intention n'est pas prononcée. C'est la détermination dans l'esprit et ne doit pas être fait avec des termes audibles. (Hadith rapporté par Al Bukhari et Abu Dawood)

3. Le jeûne n'est pas simplement de manger et de boire, on doit s'abstenir aussi de discours vain et d'un langage ignoble . Si on attaque le jeûneur verbalement, il devrait dire «Je suis en état de jeûne» (Hadith rapporté par Muslim)

4. Prendre le repas d'avant l'aube (Sahuur) est une Bénédiction. Chaque musulman devrait prendre le repas MÊME si c'est avec une gorgée d'eau. (Hadith rapporté par Al Bukhari et Ahmad)

5. C'est la Sunnah de RETARDER le Sahuur et HÂTER la rupture du jeûne dès que le soleil se couche. (Hadith rapporté par Al Bukhari et Muslim)

6. Si on entend l'appel à la prière alors qu'on est entrain de manger  le Sahuur, on ne devrait pas arrêter de manger, mais plutôt finir sa nourriture. (Hadith rapporté par Abu Dawud)

7. Quiconque ne renonce pas à parler faussement, à proférer des mensonges et à agir mal, Allah n'a pas besoin qu'il s'abstient de manger et de boire. (Hadith rapporté par Al Bukhari)

8. Le Messager d'Allah avait l'habitude de rompre son jeûne AVANT la prière de maghrib avec 3 dattes fraîches, s'il n'y avait pas de dattes fraîches, il mangeait 3 dattes  sèches, s'il n'y avait pas de dattes sèches, il prenait 3 gorgées d'eau. (Rapporté par Abu Dawud)

9. Quiconque fournit à un jeûneur quelque chose pour rompre son jeûne, gagnera la même récompense que le jeûneur sans que la récompense de ce dernier ne soit réduite. (Hadith rapporté par At-tirmidhi)

10. Il est permis pour une personne en jeûne de se baigner ou de faire couler de l'eau sur sa tête pour le soulager de la chaleur du soleil ou de la soif. (Abu Dawud)

11. Si quelqu'un mange ou boit par oubli (alors qu'il jeûne), il doit continuer son jeûne, car ce qu'il a mangé ou bu lui a été donné par Allah. (Hadith rapporté par Al Bukhari et Muslim)

12. Zakaatul fitr (l'aumône de la fin du Ramadan) est OBLIGATOIRE pour tous les musulmans, jeunes et vieux, esclaves et libres, hommes et femmes. Un Sa'a (environ 3kg) d'aliment devrait être distribué avant que les gens ne partent pour la prière de l'Eid. (Rapporté par Al Bukhari et Muslim)

13. Le Messager d'Allah ne va jamais à la prière le jour de 'Eid ul fitr à moins qu'il ait mangé un nombre impair de dattes. (Rapporté par Al Bukhari)

14. Nous devrions mettre nos meilleurs vêtements et faire Adhkaar à L'ALLER et au RETOUR du lieu de prière de l'Aid. (Rapporté par Al Bukhari)

15. Le jour de l'Aid, le Messager d'Allah à son retour (après avoir accomplie la prière de l'Aid) empruntait une voie différente de celle par laquelle il est allé. (Rapporté par Al Bukhari).

16. Celui qui observe le jeûne de Ramadan et ensuite jeûne six jours de Shawwal (le mois qui suit celui du Ramadan), aura la récompense d'une année entière de jeûne. (Hadith rapporté par Muslim)


Ne me remerciez pas, partagez-le avec les autres et cela sera pour vous comme une bonne action et une aumône !!!

 

                                                                     Riad

Partager cet article

Repost0
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 15:27

Bienvenue à bord du Air-Ramadan, vol numéro 1436 en destination du pardon d'Allah. Le temps de vol sera d'environ 29-30 jours.

Durant ce vol, il est interdit de fumer, de critiquer et de commettre des péchés. Veuillez vous éloigner du Haram afin d'éviter toutes turbulences durant le vol.

Le capitaine de ce vol est le Saint Coran.Veuillez attacher vos ceintures et rester accrochés à la prière nocturne ainsi qu'à la sunna. Les repas ne sont disponible qu'au coucher du soleil.

L'équipage est composé des anges et nous vous souhaitons un agréable voyage.

Profitez de ce vol, car vous pourrez ne jamais y participer à nouveau.

Ramadan moubarak saïd

Partager cet article

Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 10:09

Le pain demeure un aliment naturel de grande valeur dans une bonne partie de la planète, et nos ancêtres avaient déjà eu l'intelligence d'en faire la base de leur alimentation.

Les nutritionnistes le confirment : les glucides complexes, les vitamines et les minéraux que contient le pain représentent une bonne partie de nos apports quotidiens. Il reste le support et le complément idéal de tout ce que nous mangeons.

 

A son sujet le Prophète Mohammed, que le salut et la paix soient sur lui, a dit : « Le pain est le maître de la nourriture, dans la vie d'ici-bas ainsi que dans celle de l'au delà »,rapporté par Ibn Maja et d'autres. Lui-même en mangeait, tantôt en l'accompagnant de pastèque, de dattes, etc...

 

Le pain nourricier :

 

Pour rester en bonne santé, notre organisme a besoin d'un apport régulier d'aliments variés. Le pain est la clef de cette diversité des apports : la baguette ou une galette de consommation courante contient 30 à 35 g d'eau, 55 g de glucides, 7 g de protéines et 1 à 2 g de lipides.

Avec une ration quotidienne de 300 g de pain, nous sommes donc sûr de recevoir une bonne part des principaux éléments nutritifs dont nous avons besoin chaque jour :

des glucides : 125 g

des protéines : 20 g

des lipides : 2,3 g

des vitamines : B1, B2, B6, B8, PP, E

des selles minéraux, calcium, phosphore, magnésium, potassium

de l’énergie

 

Le pain ne peut pas suffire à l'ensemble de nos besoins, mais sans lui, nous aurions du mal à les couvrir correctement.

 

La richesse du pain :

 

Comme nous l'avons cité plus haut, le pain est riche par ses principaux éléments nutritifs que nous allons détailler un peu maintenant.

 

Les glucides du pain :

 

L’énergie procuré par le pain tient à sa richesse en amidon. Ce dernier fait partie de la famille des glucides, c'est-à-dire les sucres, mais pas n'importe quels sucres. En d'autres termes, il s'agit des sucres dits « complexes ». L'énergie qu'ils apportent se libère lentement. C'est tout le contraire des sucres « simples » tels que les bonbons et les confiseries qui provoquent un pic d'insuline dans l'heure qui suit, et donne la sensation de faim avec la tentation de grignoter. Les glucides complexes ne posent pas ce problème en libérant l'énergie au fur et à mesure des besoins de l'organisme, ils évitent les « coups de pompe ».

 

Les protéines du pain :

 

Le pain est riche en protéines végétales : 7 g pour 100 g de pain blanc et jusqu'à 9 g pour 100 g de pain de seigle. Léger inconvénient : les protéines du pain manquent de lysine, un acide aminé indispensable. Mais il suffit d'accompagner le pain de laitage pour corriger ce petit défaut.

 

 

Peu de lipides :

 

Dans le grain de blé, les lipides ou matières grasses, sont concentrés dans le germe. L'extraction de la farine les élimine. Le pain contient un minimum de lipides : 0,8 % dans le pain blanc, 1,2 % dans le pain de seigle ; mais des lipides de qualité, de la famille des acides gras mono-insaturés. Ainsi, ce ne sont pas les lipides du pain, mais bien ce que nous tartinons dessus qui fait grossir !

 

Des fibres au menu :

 

Notre alimentation est trop pauvre en fibres. En découlent des problèmes de transit intestinal et le retour rapide de la sensation de faim. Le pain ; et surtout le pain complet , apporte des fibres au menu.

 

Vitamines et minéraux :

 

Le pain, qu'il soit blanc ou complet, contient de précieuses vitamines du groupes B, indispensables au fonctionnement des cellules et de la vitamine PP.

Le pain complet contient en outre de la vitamine E, protecteur du vieillissement cellulaire. Il contribue aussi à l'apport quotidien en minéraux : calcium, phosphore, magnésium et potassium.

 

Le pain et le gaspillage :

 

Étant donné le caractère sacré du pain, il doit absolument être consommé et on doit tout faire pour éviter qu'il ne devienne impropre à la consommation. Pour cela, il faut commencer par le conserver correctement . Plutôt que de le garder dans des sacs en plastique, il vaut mieux le conserver dans des sachets en papier, comme ceux que les boulangers utilisent pour la vente.

 

Une fois qu'il perd de sa fraîcheur, on peut l'utiliser dans une recette de pain perdu, et il y en a beaucoup. L'une d'elles est très simple. Il suffit de le couper en tranches que l'on trempe dans un mélange d’œufs battus, un peu de lait (2 cuillère à soupe) et un peu de cannelle, puis de le faire frire dans une poêle, on appelle cela « Siour » en dialecte marocain. C'est une recette pour le petit déjeuner ou pour le dernier repas avant le commencement du jeûne appelé « shour » lors du Ramadan.

 

Si aucune recette de « recyclage » ne vous convient, vous pouvez donner votre pain perdu à des fermiers ou des éleveurs qui l'utiliseront pour alimenter leurs bêtes. Eux seront ravis de pouvoir faire des économies et vous, vous aurez la satisfaction d'avoir nourri des animaux et d'avoir évité de jeter la nourriture dont Dieu vous a fait la faveur, et que tant d'hommes sur terre peinent à avoir.

 

En conclusion, n'oubliez jamais que cet aliment qui vous semble aujourd'hui si banal est le plus sacré.

 

Le pain, le roi des aliments, à juste titre !

Partager cet article

Repost0
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 17:38

 

Réalisation de la pâte brisée :

 

250 gr de farine

125 gr de beurre

1/2 cuillerée à café de sel

3/4 de verre d'eau (ou 1dl d'eau)

 

Faire un puit dans la farine, y mettre le sel et le beurre coupé en petits morceaux.

Incorporer le beurre dans la farine du bout des doigts, puis mouiller avec l'eau en tournant.

Travailler la pâte jusqu'à la formation d'une boule.

Garder la pâte dans le récipient, le couvrir. Laisser reposer au réfrigérateur pendant 20 minutes.

 

Réalisation de la garniture :

 

Pour 6 personnes :

 

300 gr de poireaux,

3 oeufs

50 gr de crème fraîche liquide (ou 1 dl de lait),

250 gr de gruyère râpé

Sel, poivre noix muscade.

 

Nettoyez les poireaux, ne conservez que les blancs, faites-les cuire 20 mn à l'eau bouillante salée. Egouttez-les et émincez-les.

D'autre part, fouettez les oeufs entiers avec la crème ou le lait, assaisonnez (peu de sel à cause du fromage qui est déjà salé).

Ajoutez le fromage à ce mélange, ainsi que les morceaux du poireaux.

Abaissez la pâte aux rouleau, foncez-en un moule beurré.

Faites cuire ce fond de tarte à blanc 10 mn (facultatif)

Versez la garniture par dessus et faites cuire à four chaud pendant 40 mn.

 

Bon appétit.

 

                                               Sophie

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de connaisances
  • : Mon blog traite des sujets de santé, de psychologie, de philosophie, de religion et de culture en général.
  • Contact

mes sites traduits

     

Recherche

Pages

Connaissances